Publicités

Comment découvrir Haïti «chérie» loin du tourisme de masse ?


Quand on parle d’Haïti, les images de désolation et de pauvreté extrême nous viennent tout de suite à l’esprit. Il faut avouer que la vie n’a pas vraiment gâté Haïti. Corruption politique, scandales économiques, catastrophes naturelles à répétition, la perle des Antilles a perdu beaucoup de son lustre depuis quelques décennies. La communauté internationale est aussi hautement responsable des malheurs d’Haïti. Les organismes d’aide internationale n’ont jamais été aussi présents et pourtant, rien ne bouge et la population vit toujours dans un pays difficile sans infrastructures convenables. Heureusement, tout n’est pas que sombre ! Voici comment j’ai découvert un pays malmené par la vie.

Comment aller en Haïti ?
Il y a du positif avec Haïti, d’abord les Haïtiens eux-mêmes. Un peuple souriant, chaleureux et hospitalier. Juste pour eux, le voyage en vaut la peine. De Montréal, il est très facile de se rendre en Haïti. L’importante communauté haïtienne de la métropole a favorisé la régularité des vols directs vers Port-au-Prince. Air Transat et Air Canada offrent souvent les meilleurs prix avec des vols directs vers Port-au-Prince. Toutefois, si vous voulez sauver quelques dollars et passer par les États-Unis malgré la lenteur que ça occasionne, American Airlines offre aussi des vols avec escale en Floride, le plus souvent. Notez qu’il est aussi possible de voyager en Haïti par la route depuis la République Dominicaine. La frontière est ouverte seulement de 8h à 18h et il faut payer une taxe de 10 dollars. Il n’est pas recommandé de traverser seul avec sa voiture, mais plutôt d’être à bord d’un bus. Plein de compagnies dominicaines offrent le transport vers Haïti à un coût raisonnable. Lors de votre entrée dans l’aéroport de Port-au-Prince, vous serez saisi. L’aéroport plus ou moins aménagé depuis le séisme, est encore chaotique, mais c’est tout en musique qu’on vous fera patienter !

Comment se déplacer à Port-au-Prince ?
La ville de Port-au-Prince est comme une énorme fournaise. Il est difficile d’y circuler, car les infrastructures routières sont déficientes. Le séisme de 2010 a changé la ville. Les bouchons de circulation sont légion. Alors je ne vous conseille pas de conduire vous-même dans le pays. Prenez plutôt un tap-tap, un taxi collectif coloré où les chauffeurs

Bureau de change Haïti

rivalisent d’originalité pour se faire remarquer. Sur les tap-tap, on peut y lire «Merci Jésus», «Christ sauveur» et bien d’autres expressions bibliques du genre ! Assis à l’arrière avec beaucoup d’autres personnes, vous allez être assailli par une musique forte à souhait. Prendre un tap-tap est une expérience en soi. Les taxis réguliers sont aussi présents. Attention aux faux compteurs. Tentez de fixer le prix de la course avant de partir. Armez-vous de patience, se déplacer d’un endroit à l’autre est éprouvant étant donné le nombre de voitures sur les routes. Port-au-Prince est une ville de trois millions d’habitants et ça parait !

Quoi faire à Port-au-Prince ?
Touristiquement parlant, Port-au-Prince a peu à offrir. Toutefois, il demeure quelques endroits significatifs à visiter comme le marché de fer, un genre de marché aux puces géant aux allures de souk. Évidemment, en tant que Nord-Américain, vous allez être sollicité de toutes parts pour acheter des trucs. À vous de voir si oui ou non, vous êtes à l’aise avec l’idée. Vous pouvez aussi visiter les ruines de la cathédrale Notre-Dame, mais il n’y a rien d’organisé autour de ce lieu détruit par le tremblement de terre de 2010. Vous pouvez y passer quelques minutes pour vous recueillir, mais sans plus. Les amateurs de bon rhum pourraient aimer visiter la distillerie Barbancourt. Les visites sont pertinentes et vous expliquent le processus de fabrication de ce très bon rhum du début à la fin. J’ai eu un faible pour la version «tropicale» 😉 😉 .

Sortir de la fournaise pour découvrir le pays
Pour apprécier Haïti à sa juste valeur, il faut assurément sortir de sa capitale et être ainsi loin du tourisme de masse. Une belle façon d’entreprendre sa visite du pays est d’établir ses quartiers généraux sur la Côte des Arcadins au nord-ouest de la capitale. À 78 kilomètres de l’aéroport, vous vous retrouvez sur la route à longer de superbes plages de sable blond et une eau de mer cristalline. La Côte des Arcadins est l’endroit où les infrastructures d’hébergement sont les plus développées dans le pays. Ainsi, je vous suggère fortement de vous installer à cet endroit pour quelques nuits, puis de louer les services d’un chauffeur pour explorer les plus petits villages de campagne au nord et revenir chaque soir dormir à l’hôtel.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les plus aventureux pourraient vouloir dormir chez l’habitant, mais à ce moment, il faudra faire de la sollicitation directe. Ce sont les paysages qui vous offriront le plus de satisfaction. Si vous êtes un amant de la nature, les campagnes haïtiennes vous impressionneront par les paysages majestueux. Le malheureux déboisement de l’île a révélé des paysages de montagne et de campagne grandioses. En saison sèche, le 4×4 se rend presque partout, vous découvrirez alors des routes à flanc de montagne vertigineuses qui offrent des vues sur les vallées verdoyantes.

Se loger sur la Côte des Arcadins
Comme mentionné plus haut, il est facile de trouver un hébergement à sa mesure sur la Côte des Arcadins. Il y en a pour tous les budgets. Moi j’ai opté pour quelque chose de modeste puis essayé quelque chose de plus luxueux. Je vous recommande fortement l’Hôtel Xaragua dans la ville (commune) de Montrouis. Les chambres sont propres, mais un peu vieillottes, il y a de l’air conditionnée, un élément apprécié surtout si on voyage en juin-juillet. L’atout majeur du Xaragua est la piscine avec vue sur la mer ! Wow et rewow ! Quand j’ai traversé la réception et que j’ai aperçu du coin de l’oeil le panorama, j’ai été ému aux larmes, car oui la beauté des paysages m’émeut… J’ai aussi beaucoup apprécié la nourriture de l’hôtel, car vous avez le choix de la prendre (la chambre) avec ou sans repas. Je vous recommande de prendre les repas, car c’est de la nourriture maison créole ! Mon plat préféré ? Le riz sauce pois. Le petit déjeuner est également très bon; jus de fruits frais encore chauds, car tout juste cueillis. Un délice. Le personnel de l’hôtel est aussi très attentionné. Cet hôtel est le préféré des travailleurs d’ONG dans le secteur. Il fut un temps où les policiers canadiens prêtés à l’ONU séjournaient tous à cet endroit. Il y a une plage. Pas la plus belle, mais assez grande et peu fréquentée. L’autre hôtel plus luxueux que j’ai fréquenté lors d’un deuxième voyage en Haïti est l’hôtel Moulin-sur-Mer.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette fois-ci, je suis allé à cet endroit, car j’étais en mission et on payait une partie des frais de mon hébergement. J’en ai donc profité pour prendre quelque chose de mieux coté. Je dois vous dire que j’ai été déçu. Non pas parce que l’endroit n’est pas propre ou bien tenu, mais bien parce que cet hôtel adopte un style plus occidental et standardisé. J’ai toutefois eu la chance de dormir dans une petite cabine tout près de la plage un peu à part du complexe hôtelier et j’ai bien apprécié le fait d’avoir «un peu moins de confort» tout étant relatif bien sûr. Ce qui m’a surtout déçu de l’hôtel c’est cette impression d’être dans un tout inclus, d’abord parce que c’est gros et ensuite parce que c’est cher ! Le buffet est cher, les boissons sont chères, tout est beaucoup trop cher pour le pays. La plage est toutefois beaucoup mieux que celle de l’hôtel Xaragua.

Un mot sur les forfaits tout inclus
Depuis quelques années déjà, le voyagiste Air Transat offre des forfaits en formule tout inclus dans quelques hôtels de la Côte des Arcadins. Sachez que si vous optez pour ces forfaits, vous allez séjourner dans les hôtels les plus luxueux et les plus chers de la côte. Si vous êtes craintifs et moins habitués aux voyages, mais qu’Haïti fait partie des endroits que vous souhaitez vraiment découvrir, je vous les recommande. Vous serez de toute manière à des années-lumière d’une expérience à Cuba.

Le paradis des randonneurs et des explorateurs
Une fois l’importante question de l’hébergement réglée (en Haïti, c’est important, car les infrastructures ne se trouvent pas partout), on peut se concentrer sur la découverte du pays.
Découvrir Haïti loin du tourisme de masseLes amateurs de trekking extrêmes ou de randonnées pédestres tranquilles seront servis, Haïti est truffé de sentiers pour les randonneurs relativement peu fréquentés. Vous devez toutefois organiser vos randonnées par vous-même. Ce site en répertorie quelques-unes. Beaucoup de sentiers mènent à des criques et des cascades cachées comme le site de Bassin-Bleu, vous aurez l’impression d’être Robinson Crusoé en découvrant ces endroits difficiles d’accès. De mon côté, je me suis essentiellement rendu en Haïti pour des missions de travail, alors j’ai davantage découvert le pays en 4×4 avec un chauffeur, ce qui n’enlève rien à la qualité du voyage.

Découvrir les villages et ses habitants
Le clou de mon voyage en Haïti est sans contredit ma rencontre avec le peuple haïtien. J’ai fait une dizaine de villages et chaque fois j’ai été accueilli avec le sourire. Il est midi passé, nous venons de manger dans la ville de Saint-Marc dans le département de l’Artibonite. On se dirige vers la minuscule bourgade de Bocozell. En arrivant sur place, que des sourires des agriculteurs du coin. Ils insistent pour que j’aille voir l’état d’avancement de leurs cultures. Puis au moment de mon départ, l’un d’entre eux me donné un sac d’aubergines de … 60 kilos ! Vous auriez dû voir ma face de gars pas sûr s’il doit dire merci ou s’il doit dire ben voyons s’t’une joke ? L’agriculteur trop content de faire un cadeau à un étranger me dit:  «tiens, c’est pour toi et tes amis.» Wow quel cadeau! Le type s’est privé d’une vente de 60 kilos d’aubergines au marché… J’étais content d’avoir une camionnette pour transporter tout ça. Une fois de retour dans la capitale, j’ai remis la précieuse cargaison à un organisme pour les plus démunis. Il y avait aussi cette fois dans le village de Ganthier où je devais aller prendre des images de travaux de construction d’un barrage. Sur place, je me rends compte que ce sont les femmes qui font les travaux. Je m’approche avec ma caméra et spontanément elles commencent à chanter et donner le rythme à tout le chantier. Stupéfait, je baisse ma caméra et je souris. Elles rient aux éclats et reprennent le chant de plus belle !

Femmes chantent Découvrir Haïti loin du tourisme de masse

Détour vers le nord obligatoire
Il ne faut pas quitter Haïti sans faire le détour vers la ville de Cap-Haïtien au nord. Il y a là-bas, un attrait touristique majeur et sous-exploité, la Citadelle La Ferrière. La citadelle se trouve dans la ville de Milot non loin de Cap-Haïtien. Pour y aller, je vous conseille de prendre un vol intérieur depuis Port-au-Prince, ce sera beaucoup plus facile, car en
Caphaitien1 comment découvrir haïti loin du tourisme de masse ?moins de 45 minutes vous êtes rendus. Sinon par la route c’est huit heures de chemin difficile. La citadelle est juchée au sommet d’un pic rocheux qui culmine a 900 mètres d’altitude. J’ai choisi de le monter à pied, c’est une très bonne randonnée pour le cardio disons, mais si vous êtes moins en forme, pour quelques dollars on va vous embarquer sur un cheval ou un âne et vous monterez en toute quiétude.

La montée se fait sur un sentier de pierres plates facilement praticable. Sur le chemin, des jeunes jouent de la musique, l’ambiance est superbe. J’y suis allé le matin. Rendu au sommet, la citadelle baignait dans un épais brouillard, c’était fantomatique.  La citadelle ressemble davantage à un château fort qu’à la citadelle de Québec par exemple. On peut facilement se promener partout, c’est très agréable. Il y a des piles et des piles de vieux boulets de canon que l’on peut prendre dans ses mains.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me sentais comme un petit garçon dans un jeu de chevaliers et de châteaux. J’ai apprécié ma visite. Ce site touristique et historique est malheureusement complètement sous-utilisé.

Se faire inviter dans une famille
En montant vers la citadelle, j’ai connu des gens et imaginez-vous donc que j’ai été invité dans une fête familiale de première communion ! 
Hé oui. Il semble que c’est bien vu d’inviter des blancs dans les fêtes de famille.
Communion comment découvrir haïti loin du tourisme de masse ?Je n’ai pas trop hésité, car c’était le moment idéal pour entrer en contact avec des Haïtiens. Alors j’ai félicité le jeune garçon qui se demandait bien ce que je faisais là et ensuite je me suis mis à discuter avec des membres de la famille. La surprise a été le buffet ! Nous avons un point en commun avec les Haïtiens au Québec, nos buffets familiaux sont énormes !!!! Vous savez quand chacun apporte un plat  ? Eh bien,  c’est ça que j’ai vécu. Il y  avait une variété incroyable de nourriture créole c’était bon à se rouler par terre !

Haïti c’est ça, des femmes et des hommes fiers et dignes malgré l’adversité. Des humains pleins de bonté éprouvés par les éléments humains, politiques et naturels. Mais des humains quand même.

Question budget
Vol Montréal-Port-au-Prince : entre 550$ et 1000$
Hébergement la nuit : prévoir environ 100$ US par nuit sur la Côte des Arcadins et à Port-au-Prince et beaucoup moins sir vous dormez dans les auberges de petites villes en région.
Nourriture : On peut très bien se nourrir avec 30 dollars par jour.

Publicités
Catégories :Récits d'aventure, trucs voyagesTags:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :