Publicités

J’ai trouvé une île déserte grâce a mon téléphone !


Oui je l’ai fait. J’ai réalisé le rêve de plusieurs personnes, celui de se retrouver seul pendant une semaine sur une île déserte et perdue au beau milieu de la mer. Je voulais à tout prix fuir la horde de touristes, je voulais du calme et du silence. Je voulais que l’île soit difficile d’accès. Je voulais avoir le sentiment de solitude, je voulais entendre le bruit de la mer et voir les étoiles la nuit sans pollution lumineuse. J’ai trouvé cette île sur mon téléphone… il est vraiment intelligent cet iPhone !

Demander une île à Siri

Le tout a débuté quelques semaines avant mon départ pour l’Indonésie. J’avais prévu un séjour de trois semaines seul. J’ai réservé en avance mon hébergement sur l’île de Java ainsi que sur l’île de Bali. Par contre, pour ma troisième semaine, je recherchais une île tranquille pour le farniente. Tous les touristes qui viennent en Indonésie se rendent sur la grande île de Lombok pour ensuite aller sur les trois «Gili» c’est-à-dire les trois îles au Fleur et coquillagelarge de Lombok : Gili Air, Gili Meno et Gili Trawangan. Ces trois îles sont maintenant «intoxiquées» par les touristes à longueur d’année. Pour moi, c’est un signe clair qu’il ne faut pas y aller. J’ai donc demandé à Siri : «Siri trouve-moi une île déserte à Lombok». Sacrée Siri, toujours prête à aider ! Après avoir épuré et passé au tamis les résultats de sa recherche, parce qu’elle n’est pas encore super bonne (elle a des croûtes à manger), j’ai vu qu’il y avait l’île de Gili Ashan. La description de l’île laissait entrevoir qu’elle était peu peuplée, voire presque déserte… J’étais excité. Comment aller sur une île déserte et surtout comment y dormir et y manger ?

Le génie hollandais

Je dois m’incliner devant ce génie hollandais. Je parle ici de l’idée géniale d’une jeune femme hollandaise en quête d’aventure qui a décidé d’établir un micro resort sur une île presque déserte. En fouillant sur mon téléphone, j’ai trouvé le Pearl Beach resort. Ce resort n’en est pas vraiment un en fait. C’est tellement petit, à peine onze places, que l’on Arrivée bateau-taxi Indonésie 2ressent tout à fait l’ambiance de l’île déserte. L’île en question se nomme Gili Ashan. Quand j’ai vu l’endroit sur la carte et en photo, je me suis dit : «c’est là que je vais». Je décide d’envoyer un petit courriel à la propriétaire. Elle me répond avec bonheur qu’il y a de la place pour les dates demandées. Le Pearl Beach resort un minuscule hameau en bord de mer. On y retrouve quatre bungalows en «dur» (murs bétonnés sur assise de béton) et quatre cottages en bambou. Un autre bâtiment en bambou fait office de réception et de restaurant. Pour y aller, il faut d’abord atterrir à l’aéroport de Lombok, puis prendre un taxi et faire une heure trente de route pour se faire débarquer sur une minuscule plage où un bateau-taxi vous attend. Oui, un bateau-taxi. Je suis complètement exalté au moment où je comprends que je vais arriver sur mon île en bateau. Trente minutes de navigation sont nécessaires pour joindre Gili Ashan. Le paysage est fabuleux, on vogue entre les micros îles de la mer de Bali, wow ! Mes yeux ont un trop-plein de beauté !

Arrivée bateau-taxi île Indonésie

Quand Gilligan débarque sur Gili Ashan

Je ne sais pas si j’ai l’air de Gilligan qui débarque sur son île, mais j’ai au moins l’air d’un enfant que l’on débarque dans un magasin de jouets en tous cas… L’embarcation accoste, je suis nu-pieds. Je prends ma valise et je débarque sur la plage. Une plage de coquillages, mais pas des coquillages minuscules comme ceux du Maine là, des coquillages des mers tropicales tout aussi colorés les uns que les autres. Je trouve ça aussi beau que mes pieds trouvent ça douloureux… Ayoye !

Entrée Pearl beach resort

Suis-je à l’émission Survivor ?

Il est 18h et il commence à faire nuit. Une arche en bambou avec le nom Pearl Beach sert d’entrée «officielle» sur les lieux. Une dizaine de lanternes à l’huile alimentant des flammes vives servent de corridor menant au sentier principal. La scène avait littéralement l’air d’un épisode de l’émission Surviror ou Koh-Lanta pour nos cousins Français. Devant moi, une jolie femme trentenaire aux cheveux blond et aux yeux bleus perçants s’avance vers moi pour me serrer la main et me dit: «Hi Robert, welcome to Pearl Beach resort !». OMG ! Suis-je en train de rêver ? Je me pince discrètement…

Une semaine de G.P.S.

Au Québec, nous avons une expression pour qualifier ce moment de pure tranquillité, un moment où personne ne vous dérange, où vous vous détendez complètement, où personne ne vous embarrasse avec quoi que ce soit. C’est la G.P.S. ou la grosse paix sale. Vivre une semaine de grosse paix sale est extrêmement régénérateur pour un type comme moi qui ne travaille que du cerveau à longueur de journée. Vous n’imaginez pas comment c’est sain pour le corps et l’esprit d’avoir le quotient intellectuel d’un pied de céleri pendant une semaine. Je le souhaite à tout le monde. Avoir le quotient intellectuel d’un pied de céleri c’est quand toute ta journée est consacrée à une seule prise de décision : aller sur la plage ou demeurer dans le hamac. J’adore le céleri… c’est nutritif.

Hammac devant cottage bambou Pearl beach resort

 

Vivre dans le bambou

Le cottage en bambou du Pearl beach resort est juste parfait pour deux personnes et encore mieux pour une seule. Il faut savoir endurer la chaleur, car il n’y a pas d’air conditionné. Il y a deux ventilateurs et il faut dormir avec un filet au-dessus du lit pour éviter les piqures et morsures des petits insectes tropicaux. Heureusement, vous pouvez compter sur les très gros lézards pour bouffer tous les insectes des alentours. Un seul inconvénient : nos amis lézards indonésiens sont bruyants… ils croassent comme des crapauds toute la nuit. On s’y fait. Vivre dans une maison de bambou a ses avantages, comme celui d’avoir une salle de bain à ciel ouvert. Je ne vous dis pas le bonheur de prendre sa douche au clair de lune ou au soleil levant ! Une noix de coco vide sert de porte-savon, comme sur l’île de Gilligan oui !

Cottage en bambou extérieur dehors

Mon petit cottage en bambou était trop parfait ! Vue sur la mer avec hamac…

 

Assumer la tranquillité

Pas évident avec les vies de fou que l’on mène. Du jour au lendemain, se retrouver dans un endroit silencieux sans être sollicité avec pour seuls bruits le vent et la mer est difficile à gérer pour la première fois. J’ai presque ressenti un vertige. C’est à ce moment que je me suis rendu compte que notre mode de vie à l’occidentale est complètement contre nature. Les jours suivants, j’ai apprécié cet art presque perdu de ne rien faire. Ne rien faire est extrêmement difficile vous savez. À propos, est-ce que ne rien faire, ça veut dire qu’on fait déjà quelque chose ?!? Il y a tout de même des choses à faire sur Gili Ashan, de la plongée en apnée (les paysages sous-marins sont magnifiques), de la randonnée dans la petite montagne qui domine l’île et la visite du petit village de l’île. L’une de mes activités préférées était de regarder le ciel étoilé sans pollution lumineuse le soir. Oui je sais, l’île n’est pas tout à fait déserte, mais c’est tout comme.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La fois où j’ai eu l’air le plus fou et le plus intelligent à la fois

C’était ma troisième journée de plage. Depuis deux jours, je tentais de me crémer le dos pour éviter les coups de soleil sur ma pauvre peau blanche de Québécois nordique. Épreuve très difficile quand tu es seul et que tu ne travailles pas pour le Cirque du Soleil… Cette troisième journée était encore ensoleillée et j’avais déjà un coup de soleil dans le milieu du dos.

Je me suis dit qu’il fallait trouver une solution. C’est à ce moment que j’ai pensé au cadre de porte… Oui, oui, c’était un gros tronc de bambou lisse et parfait. J’ai enduit de crème solaire le cadre de porte et je me suis frotté le dos dessus maladroitement comme une jeune effeuilleuse… C’était parfait, ça me crémait bien et uniformément. J’ai eu la maladresse de laisser la fenêtre ouverte et oui, au même moment, un employé de l’endroit est passé et il m’a vu me frotter frénétiquement sur le cadre de porte.

J’étais nu, car j’allais enfiler mon maillot. J’ai vu dans ses yeux qu’il me jugeait sévèrement. Il croyait sans doute que j’étais un de ces Occidentaux détraqués. Il était trop tard, je ne pouvais me justifier. C’était le jour où je me suis trouvé à la fois le plus intelligent et où j’ai eu l’air le plus fou…

Cadre de porte indonésie

Conclusion

L’île de Gili Ashan est parfaite pour ceux qui souhaitent y trouver la quiétude. Au moment de mon passage, internet était hors fonction et c’était juste parfait. Cette île n’est pas pour vous si le silence et le «rien faire» vous angoisse. Vous allez trouver le temps long. Se lever le matin et savoir que de toute ta journée tu n’as rien à faire est difficile. Après deux jours, notre corps et notre esprit commence à saisir le truc. Le Pearl Beach resort est accueillant, l’équipe est petite et discrète. On y mange bien pour pas cher. Pour moi, cette semaine est un succès sur toute la ligne !

Budget île déserte

4 nuits en cottage de Bambou à 74$ la nuit : 296$
Repas 3 petits-déjeuners, 4 dîners, 4 soupers : 60$
Location palme et tuba : 20$
Transport vers l’aéroport aller-retour : 30$
Total budget: 406 $

Publicités
Catégories :Récits d'aventureTags:, , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :